dimanche 26 février 2017

drame

Plouha : une femme de 90 ans tuée avec un fusil de chasse Un drame familial s'est produit, dans la nuit de vendredi à samedi, à Plouha dans les Côtes d'Armor. Une femme de 90 ans est morte. D'après les premiers éléments, son fils aurait tiré sur elle avec un fusil de chasse. Le drame s'est déroulé au lieu dit Bon Repos, à Plouha. L'homme de 57 ans et sa mère étaient tous les deux présents au domicile, jusqu'à ce que le suspect, sans que l'on sache pourquoi, tire sur la femme de 90 ans avec un fusil de chasse. Le coup l'a atteinte en plein visage, et elle était morte à l'arrivée des secours. Peut-être pris de remords, le fils a ensuite appelé son beau-frère et sa belle-soeur, qui ont immédiatement prévenu les gendarmes. Le suspect a été interpellé. Son taux d'alcoolémie s'est révélé positif. Il a été placé en garde à vue à la gendarmerie de Binic. Source : France Bleu Breizh Izel le 25 février 2017
http://www.skcenter.be/phpbb/viewtopic.php?f=32&t=1059&sid=1af4a82a051d870a511c67b60b63e3ae
===============
(périodes critiques septennales successives des 56 et 91 ans - rythmes courts à voir)

drame

Ehekrach eskaliert – Mann nimmt sich das Leben ⋅ Ein 53-jähriger Schweizer erschoss sich dieses Wochenende in seiner Ferienwohnung in Andermatt. Vorausgegangen war eine von der Polizei veranlasste Wegweisung am Hauptwohnsitz in Sarnen.(...)
http://www.luzernerzeitung.ch/nachrichten/zentralschweiz/uri/Grosseinsatz-in-Andermatt-Sondereinheit-Luchs-ist-ausgerueckt;art97,975710
============
si j'ai bien traduit un homme de 53 ans est allé se réfugier dans sa résidence secondaire après qu'il eut été évincé par la police de son domicile familial suite à une altercation en famille. il s'est alors barricadé dans sa résidence et s'y est suicidé avant que la police n'ait pu le contacter...

meurtre

Meurtre à l'insuline à Florenville: un père retrouvé mort, son épouse hospitalisée Que s’est-il passé dans la maison de la famille G., ce vendredi soir ? Les secours ont été appelés sur place, et n’ont pu que constater le décès du père de famille, pensionné. Son épouse a été transportée à la clinique de Libramont. Leur fils aurait été interpellé. Le père et la mère ont reçu des injections d’insuline, très dangereuse pour les non-diabétiques. Le parquet confirme mais est prudent. Drame familial ou suicide collectif qui a mal tourné : toutes les hypothèses sont envisagées. Le drame s’est passé dans le petit village de Muno, rue du Cugnon. Les habitants de la rue de Cugnon, à Muno, sont sous le choc. Vendredi soir, ils ont vu débarquer dans leur petit quartier tranquille plusieurs véhicules de police et ambulances, tous gyrophares allumés. Dans l’habitation de la famille G., ils ont découvert le père de famille, pensionné, qui était décédé. La mère, elle, a été transportée à la clinique de Libramont. Son état serait préoccupant. Le couple vivait là depuis une trentaine d’années, et était bien connu du voisinage. Il y a une quinzaine de jours, leur fils est revenu vivre chez eux, suite à des problèmes personnels. Que s’est-il passé au cours des derniers jours ? Quelle était l’ambiance à la maison ? Rencontraient-ils des problèmes ? Toujours est-il que, ce vendredi soir, le père et la mère de famille ont reçu des injections d’insuline. Un produit utilisé par les diabétiques, mais dont le surdosage peut entraîner d’abord des vomissements et des vertiges, mais qui peut mener jusqu’à l’œdème cérébral et le décès. Selon nos informations, le fils de la famille aurait été interpellé et privé de liberté. On ignore si, lui-même, avait tenté de s’injecter un quelconque produit ou d’attenter à sa vie. Le parquet a confirmé le décès du père de famille, mais restait prudent quant aux circonstances du drame. Un suicide collectif qui n’a pas abouti, ou un drame familial avec un meurtre prémédité ou non et une tentative de meurtre ? Les questions étaient encore très nombreuses ce samedi soir, et ne cessaient d’alimenter les conversations des riverains de ce petit village.
http://www.lacapitale.be/1796567/article/2017-02-25/drame-familial-a-florenville-un-pere-retrouve-mort-son-epouse-hospitalisee
===================
(âges non précisés pour l'instant)
édit : L’hypothèse du suicide collectif est prise très au sérieux  Le père serait âgé de 70 ans donc en période critique septennale. (âges de la mère et du fils à voir, ainsi que situation des trois personnes)

téléphone maison

Cet artiste illustre 15 maladies et troubles mentaux en utilisant comme base… une maison !
http://www.letribunaldunet.fr/videos/federico-babina-troubles-mentaux-maison.html

=============
c'est bien réussi, je trouve... la vidéo aussi parce qu'en plus çà bouge... :-)

samedi 25 février 2017

drame

Il fonce sur des passants à Heidelberg: un des blessés est mort Vers 16 heures ce samedi après-midi, un conducteur à bord d'une Opel Astra noire a foncé sur un groupe de passants, dans une rue piétonne et très animée d'Heidelberg, dans le sud-ouest de l'Allemagne. -Il a ensuite quitté son véhicule un couteau à la main, avant d'être grièvement blessé par la police, qui a ouvert le feu. Il a été hospitalisé dans un état grave et opéré. -Plusieurs passants ont été fauchés. Parmi eux, on comptait trois blessés, âgés de 29, 32 et 73 ans. Le plus âgé, un ressortissant allemand de 73 ans, est décédé dans la soirée. -Le conducteur de l'Opel Astra est un Allemand âgé de 35 ans. -On ne sait encore rien des motivations du conducteur. Si l'accident est a priori écarté, la police refuse pour le moment de dire s'il s'agit d'un déséquilibré ou d'un terroriste.
http://www.ledauphine.com/france-monde/2017/02/25/une-voiture-folle-fonce-sur-la-foule-a-heidelberg-plusieurs-victimes
=======================
(période critique septennale des 35 ans - rythmes courts à voir)
l'auteur du drame est grièvement blessé et la police cherche ses motivations. curieusement les pros ne connaissent pas encore les rythmes et cycles qui apporteraient bien souvent des réponses, au moins partielles... car ce sont eux qui ont tendance à influencer voire commander nos comportements "extraordinaires" mais bien d'autres aussi...

drame

Châteauneuf: un bébé décède, le père mis en examen pour violences volontaires  Un père âgé d'une trentaine d'années, habitant à Châteauneuf, a été mis en examen ce vendredi et placé en détention, selon le parquet d'Angoulême qui confirme une information de nos confrères de Sud Ouest. L'homme est soupçonné d'avoir provoqué la mort de son bébé de 3 mois en le secouant violemment. Les faits se sont déroulés le 14 février dernier à Châteauneuf. Les secours, alertés par le père lui-même, ont tout fait pour ranimer le nourrisson en arrêt cardiaque, qui a été par la suite transféré à l'hôpital de Poitiers. Le petit garçon est décédé le 16 février, victime, semble-t-il, du syndrome du bébé secoué. Les enquêteurs ont rapidement porté leurs soupçons sur le père, qui était seul à la maison ce soir-là avec son fils. Ce vendredi, l'homme a été mis en examen pour violences volontaires sur mineur de moins de 15 ans par ascendant ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Il encourt 30 ans de réclusion criminelle. La mère, âgée d'une vingtaine d'années, a également été mise en examen pour non-dénonciation de mauvais traitements et placée sous contrôle judiciaire. Le bébé était l'unique enfant de ce couple récemment installé à Châteauneuf.
http://www.charentelibre.fr/2017/02/25/chateauneuf-un-bebe-decede-le-pere-mis-en-examen-pour-violences-volontaires,3087395.php
=================

suicide

curieusement pour le moment il me semble que l'on ne s'intéresse qu'à la moitié du problème : en effet j'en suis venu à la conclusion que très souvent on ne se suicide pas seulement à cause de ses problèmes et son désespoir... mais on se suicide en fonction des rythmes et cycles psychiques humains, ceux-ci constituant même un élément plus important que le précédent, car élément déclencheur
et différents mécanismes et scénarios sont possibles :

- la plupart du temps on se débrouille avec ses problèmes et son désespoir, on arrive à "tenir le coup", solutionner, et passer le cap...

- on se débrouille avec jusqu'au moment où arrive un (ou souvent plusieurs ensemble ou successifs) "maillon faible" de nos rythmes et cycles psychiques et là çà peut casser si on n'est plus assez résistant...

l'origine de nos problèmes et notre désespoir est importante aussi car trois possibilités sont présentes : 

- leur origine est externe (problèmes de couple, famille, travail, financiers, etc...) et il faut alors voir et trouver des solutions pratiques et matérielles...

- leur origine peut être le fait des épisodes critiques de nos rythmes et cycles psychiques car ceux-ci peuvent être la cause de dépression ou désespoir (dépression hebdomadaire liée au jour critique émotionnel, dépression semestrielle liée au rythme des anniversaires, dépression septennale liées aux périodes critiques septennales, etc... pour ne citer que les éléments les plus fréquents (et fréquemment, en cas de drame, plusieurs éléments sont présents ensemble ou successivement)

- le plus souvent le problème est probablement hybride et les problèmes pratiques sont alors gravement accentués par la survenance d'épisodes critiques et alors  "fragilisants" de notre psychisme...

suicide

Suicide sur l’A54 : Alain n’avait que 27 ans La victime avait déjà tenté de mettre fin à ses jours la veille. Alain Dellisse, un jeune habitant de Roux âgé de 27 ans, a mis fin à ses jours d’une horrible manière, mercredi soir à Gosselies. La veille déjà, le désespéré s’était arrêté au même endroit, sur le bord de l’autoroute A54, et s’apprêtait à se jeter sur les bandes de circulation lorsque les forces de l’ordre l’ont interrompu dans son élan. Malheureusement, Alain Dellisse était déterminé à en finir. Vers 19 h mercredi, il a de nouveau stoppé sa voiture sur la bande d’arrêt d’urgence. Cette fois, les policiers sont arrivés quelques secondes trop tard : le jeune homme venait de se jeter sous les roues d’un poids lourd. Le choc l’a tué sur le coup. (...)
http://www.dhnet.be/actu/faits/suicide-sur-l-a54-alain-n-avait-que-27-ans-58af1097cd70ce397f19889d
================
(période critique septennale des 28 ans - rythmes courts à voir)

suicide

Brest: un détenu se pend dans sa cellule  Un détenu de la maison d'arrêt de l'Hermitage, à Brest, est décédé lundi (6/02 ? ndlr) suite à une tentative de suicide, rapporte Le Télégramme. L'homme, un père de famille de 27 ans, s'est pendu dans sa cellule la veille. Retrouvé inanimé, il a été évacué vers l'hôpital où il a succombé. Condamné pour violences aggravées, il était connu pour son caractère orageux. Samedi soir, il a insulté une surveillante et donné un coup de poing au visage à un autre surveillant qui s'interposait.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/08/97001-20170208FILWWW00186-brest-un-detenu-se-pend-dans-sa-cellule.php
===================
(période critique septennale des 28 ans - rythmes courts à voir)

suicide

Le photographe chinois Ren Hang s’est suicidé  Il avait 30 ans cette année, et un talent fou. Triste nouvelle. Le photographe chinois Ren Hang, né en 1987, s’est suicidé, a-t-on appris via le quotidien belge De Morgen. Une information confirmée par Foam, musée de la photographie situé à Amsterdam qui l’expose depuis le 27 janvier et jusqu’au 12 mars : “24.02.2017 | REN HANG’S PASSING We are deeply saddened to hear of the untimely passing of Ren Hang. It is a great honour for Foam to present Ren Hang’s exceptional work until 12 March 2017 in Foam 3h. Our thoughts and sincerest condolences go out to his family and friends.” “Nous sommes très tristes d’apprendre la mort prématurée de Ren Hang. C’est un grand honneur pour Foam de présenter l’oeuvre exceptionnelle de Ren Hang jusqu’au 12 mars 2017. Nos pensées et nos plus sincères condoléances vont à sa famille et ses amis.” En photographiant des pénis en érection, des corps entremêlés, des jambes poilues, des tétons, des sexes féminins, bref des corps dans tous les sens, Ren Hang menait une réflexion sur notre rapport à la nudité, son érotisme, sa monstruosité, sa beauté. Ses modèles étaient ses amis, comme il l’avait confié à Vice :(...)
http://www.lesinrocks.com/2017/02/24/actualite/photographe-chinois-ren-hang-sest-suicide-11917122/ 
=================
Le photographe chinois Ren Hang, né en 1987, s'est suicidé ce 24 février 2017.
(pas de donnée de naissance précise pour regarder les rythmes courts)
 édit : *30 mars 1987 (à confirmer)
24 février 2017 (30/03/1987)(à un mois de l'anniversaire 30)
Ma 21
Me 22
Je 23 I(1)
Ve 24
Sa 25 P(1)
Di 26

disparus

Cette disparition inquiète. Un couple et ses deux enfants sont introuvables depuis une semaine à Orvault, près de Nantes. La police judiciaire est chargée de l’enquête. L'affaire ravive de mauvais souvenirs dans l'esprit des policiers, qui n'ont pas oublié l'affaire Dupont de Ligonnès. L’affaire est qualifiée de « très inquiétante ». Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, ne le cache pas. Une famille est portée disparue à Orvault depuis une semaine. Ni le père, âgé de 49 ans, ni la mère, ni leurs deux enfants, âgés de 18 et 20 ans, n’ont donné signe de vie depuis le 16 février. La mère aurait dû reprendre le travail, en centre-ville de Nantes, lundi. Le père aussi. C’est la sœur de la mère qui a alerté les policiers jeudi. D'inquiétantes découvertes Une première patrouille s’est aussitôt rendue à leur domicile, rue d’Auteuil, à Orvault, jeudi après-midi. « Évidemment, ce signalement a immédiatement ravivé dans l’esprit des policiers de très mauvais souvenirs (l’affaire De Ligonnès, ndlr) », souffle un proche du dossier. Sur place, les stores du pavillon étaient baissés. À l’intérieur, personne. « Mais un téléphone tâché de sang a été découvert », a confirmé ce vendredir Pierre Sennès. D’autres traces de sang ont été retrouvées, dans une pièce de la maison...
http://www.presseocean.fr/actualite/orvault-une-famille-portee-disparue-des-traces-de-sang-decouvertes-chez-elle-24-02-2017-220411
==============
(pas de précision d'âge pour l'épouse - période critique septennale des 49 ans pour le père - (comme X. Dupont de Ligonnès) - rythmes courts à voir pour les différentes personnes, le fils aussi en période critique septennale des 21 ans)
édit pour une situation pour le père : (jour critique émotionnel mardi 14, pas spécialement critique le 16 avec P1 - sauf période critique septennale des 49 ans et à cinq mois de l'anniversaire)
février 2017 (12/09/1967) (49 ans)
Di 12 I(1)
Lu 13
Ma 14 E(22)
Me 15
Je 16 P(1)
Ve 17
Sa 18
Di 19
Lu 20 I(9)

édit 26/02 : http://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/famille-disparue-pres-de-nantes-du-sang-sur-un-portable-et-ses-oreillettes-4823072
dit : "un couple de 49 et 56 ans" (deux périodes critiques septennales)(chez les D de Ligonnès aussi) plus celle du fils de 21 ans... donc trois personnes en période critique.
une donnée, toutefois incertaine, pour l'épouse donnerait un jour critique émotionnel aussi le mardi donc en même temps que son époux, et un épisode triplement critique du lundi 13 au mercredi 15. mais donnée à confirmer. reste aussi à voir la situation des rythmes courts du fils.
 

vendredi 24 février 2017

viol

Un homme de 44 ans est jugé depuis ce mercredi par la cour d’assises du Jura pour viol et agressions sexuelles sur mineur. Ce jour de décembre 2013, il l’avait promis au père de sa victime : il conduirait sa fille à une partie de bowling avec d’autres enfants et la ramènerait en fin d’après-midi. Au lieu de ça, il l’a violée chez lui. « Je lui ai fait ce que je fais d’habitude à ma femme », a-t-il affirmé devant la cour d’assises. L’accusé avait rencontré sa victime dans le cadre de son travail. Handicapée physiquement et mentalement à la suite d’un accident de la route, cette jeune fille était âgée de 16 ans à l’époque. Chauffeur, l’accusé avait l’habitude de la conduire à la section d’éducation motrice de Lons. Le jour du crime, il n’a pas eu de mal à la convaincre de passer la journée avec lui, profitant sans doute de sa vulnérabilité. Il l’a emmenée à son domicile, lui a montré des dessins animés, avant d’abuser d’elle, usant de son corps et de vibromasseurs. Deux autres victimes Le soir même, le père de la jeune fille a vu sa culotte maculée de sang et a tout de suite prévenu les gendarmes. Ces faits glaçants ont été confirmés à la barre par la victime. L’expertise psychiatrique de l’accusé qui sera évoquée ce jeudi devrait donner plus d’indices sur les raisons de son passage à l’acte. Le quadragénaire a déjà reconnu une attirance sexuelle pour les enfants. Autre élément peut-être important du débat qui n’est pas à huis clos, il est atteint du syndrome de Klinefelter, une particularité chromosomique cause d’infertilité et de retard de puberté. Dans ce procès, le quadragénaire est également poursuivi pour des agressions sexuelles sur deux autres jeunes filles, dont sa nièce. Il doit aussi répondre de détention d’images pédopornographiques. Enfin, il est accusé d’un autre viol, seule infraction qu’il conteste. Source : Le Progrès le 23 février 2017
http://www.skcenter.be/phpbb/viewtopic.php?f=32&t=1042&sid=643da3aa4a340311494371a2e9dc11cc
==============
(période critique septennale des 42 ans)

verdict

Verdict Réclusion criminelle à perpétuité pour Troiano Amédeo Troiano (38 ans) a été condamné jeudi matin par la cour d'assises de Liège à la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Il avait été reconnu coupable mercredi soir de l'assassinat de Benoît Philippens et des meurtres de Carol Haid et d'Esteban Counet. Ce couple de banquiers et leur filleul âgé de 9 ans avaient été abattus le 18 avril 2014 à Visé. Amédeo Troiano avait été reconnu coupable d'un assassinat et de deux meurtres. Jeudi matin, les débats concernaient la peine à attribuer au déclaré coupable. Mais ils ont été exceptionnellement courts car la défense d'Amédeo Troiano a refusé de plaider. L'accusé n'a pas accepté le verdict de culpabilité. Ses avocats annoncent déjà un pourvoi en cassation contre l'arrêt de la cour d'assises. Lors de son réquisitoire sur la peine, l'avocat général Pascale Schils avait relevé qu'Amédeo Troiano n'a jamais accepté la vérité judiciaire, même lors de ses précédentes condamnations en 2005 et 2006 pour des faits de grand banditisme. L'avocat général avait aussi déploré l'attitude de l'accusé qui niait les faits et celle de ses avocats qui avaient fait le procès de la presse et des enquêteurs. Le ministère public avait souligné la gravité incontestable des faits et le risque important de récidive chez l'accusé. "Il est impulsif et peut passer à l'acte rapidement car il est incapable d'admettre une critique. Ses regrets et sa volonté d'amendement sont au niveau zéro. Il ne bénéficie d'aucune circonstance atténuante", avait relevé l'avocat général avant de requérir la peine de réclusion criminelle à perpétuité. Lorsque la parole lui a été accordée par le président Philippe Gorlé, Amédeo Troiano avait encore reproché le verdict de condamnation des jurés. "Je suis complètement détruit. Je ne comprends même pas pourquoi j'ai été condamné. C'est écœurant et scandaleux. Vous avez détruit ma vie. Je n'ai pas tué ces personnes", avait-t-il lancé aux jurés. Amédeo Troiano avait été confondu par une enquête minutieuse qui avait démontré qu'il s'était vengé de son banquier. En 2011, il avait effectué une demande de prêt auprès de la banque BNP Paribas Fortis et avait réalisé des investissements trop rapides. Son prêt finalement refusé, il avait ensuite entretenu une rancœur à l'égard du banquier et l'avait rendu responsable de ses déboires financiers. Même s'il niait les faits, de nombreux éléments techniques et scientifiques, que la défense avait vainement tenté de démonter, confirmaient qu'il était bien l'auteur des faits. Dans l'analyse des faits au stade de la culpabilité, le jury avait retenu qu'Amédeo Troiano avait dirigé sa vengeance contre Benoît Philippens et l'avait assassiné. Le soir des faits, il avait aussi commis les meurtres de Carol Haid et d'Esteban Counet, uniquement parce que ces deux victimes accompagnaient Benoît Philippens au moment de son assassinat. Dans la motivation de leur arrêt, le jury et la cour ont tenu compte de la gravité extrême des faits et, comble de l'horreur, de la mort d'un enfant de 9 ans présent par hasard sur les lieux, mais aussi du chagrin infligé à plusieurs familles et de la froide détermination avec laquelle les trois victimes ont été abattues par surprise. Source : Belga le 23 février 2017
http://www.skcenter.be/phpbb/viewtopic.php?f=32&t=900&sid=643da3aa4a340311494371a2e9dc11cc&start=50
==================
rythmes courts le 18 avril 2014 ? (d'autres sources disent 34 ans)

conseillère

Elle volait ses clientes âgées: une conseillère bancaire condamnée Pendant trois ans de 2010 à 2013, elle a détourné 170 000 euros en liquide: une femme de 53 ans a été condamnée à deux ans de prison, dont un ferme, selon France Bleu Roussillon. 17 clients escroqués Elle a commis ses larcins en tant que conseillère bancaire dans une agence de Perpignan. Jugée pour abus de confiance, elle a escroqué 17 clients, dont elle était conseillère au sein d'une agence de Perpignan entre 2010 et 2013. La plupart du temps, elle s'en prenait à des femmes veuves et âgées - 70 ans au minimum. Ces clients font aveuglément confiance à leur banquière pour gérer leurs économies. À la barre, la prévenue assure qu'il s'agissait de satisfaire "les besoins de sa famille". (...)elle avait racheté - partiellement, afin de ne pas clore le contrat - les assurances vies de ses clients. Elle a tout perdu depuis: maison, travail, mari Elle avait ainsi financé les études de ses enfants, dont l'école de kiné de son fils, en Espagne. Mais début 2013, des clientes se plaignent auprès de l'agence de retraits inexpliqués... et la banquière se sent vite traquée. Acculée, elle fera même une tentative de suicide sur son lieu de travail. Licenciée, elle a aujourd'hui dû hypothéquer sa maison pour rembourser les clientes. Elle a aussi perdu son mari: comptable de profession, il n'a pas apprécié les délits commis par son épouse...
http://www.bienpublic.com/faits-divers/2017/02/24/elle-volait-ses-clientes-agees-une-conseillere-bancaire-condamnee
====================
(période critique septennale des 49 ans)

bébé secoué

Le nombre de bébés secoués en France ne faiblit pas. On estime leur nombre à plus de 200 chaque année, à être victime d’un véritable choc traumatique, dû à une violente secousse. Julie Jacquart, maman d’un bébé secoué par sa nounou, raconte la souffrance de vivre avec ça, sans pouvoir pour autant trouver d’explications.  Elle parle, elle a encore la voix qui tremble. Ce sont des chocs qui restent une vie. Julie Jacquart est la maman d'un bébé qui a été "secoué". Une petite fille qui, à 4 mois, a été hospitalisée pour un choc. C’était il y a 5 ans. Deux jours d'hospitalisation, deux jours entiers, pour les parents, à se demander ce qui était arrivé à leur fille. Puis, le verdict est tombé : le bébé a été secoué. Le choc. (...) Puis un jour, Julie reçoit une lettre de la juge. C’est en fait la nourrice qui est responsable, et qui a reconnu les faits. Julie s’effondre. Depuis, elle essaie de comprendre. Pourquoi ce geste ? Comment ? Lors du procès, elle a vu la nounou, qui lui a demandé pardon. Mais n’a pas donné d’explications.(...)
 Pourtant ils sont environ 200 chaque année à en être victime, selon des estimations faites par les médecins, un nombre qui ne faiblit pas. Ces bébés ont en moyenne 4 mois et demi, et sont dans 68% des cas des garçons. Le plus souvent, c’est le père qui est l’auteur du choc (50% des cas), la mère (30%), ou la nounou (20%). La particularité des cas de bébés secoués, est que les juges ont face à eux des profils qui sont tout sauf des criminels. Plutôt des anonymes, de toutes les catégories sociales, toutes les origines, qui, à un moment "pètent les plombs". "Ce sont souvent les gardiens de l’enfant, qui, à un instant T, ont fait ce geste irréversible", (...)Le plus souvent, ce sont les pleurs, les cris du bébé qui font basculer. Et la faiblesse du parent en face qui n’arrive pas à gérer. (...)
http://www.lci.fr/societe/plus-de-200-victimes-chaque-annee-julie-maman-d-un-bebe-secoue-temoigne-2027117.html
===============
une piste : bébé a tendance à pleurer beaucoup plus et plus facilement en jour critique physique... et peut alors se faire secouer par son gardien du moment... 
un gardien peut plus facilement craquer lorsqu'il se trouve lui-même en épisode critique (rythmes courts surtout p.ex. jour critique émotionnel ou équivalent)
on retrouvera donc ces situations critiques en regardant la situation des rythmes et cycles du bébé et du secoueur au moment d'un drame ; par ailleurs - et là c'est intéressant - les épisodes critiques, donc "à risque", étant connus à l'avance cela devrait permettre une efficace prévention.

suicide

Côtes d’Armor : une agricultrice retrouvée pendue dans sa salle de traite  Alors que s'ouvre ce samedi le Salon de l'Agriculture à Paris, la crise du lait a fait une nouvelle victime en Bretagne. Ce jeudi matin, à Plumieux dans le sud des Côtes-d'Armor, une agricultrice de 47 ans a été retrouvée pendue dans son exploitation. Céline avait 47 ans, deux enfants. Fille d'agriculteurs, elle était productrice de lait avec son mari et un associé. C'est d'ailleurs ce dernier qui a découvert le corps ce jeudi matin. Dans le hameau où la plupart des habitants sont agriculteurs, c'est évidemment la consternation. (...)
https://www.francebleu.fr/infos/agriculture-peche/cotes-d-armor-une-agricultrice-retrouvee-pendue-dans-sa-salle-de-traite-1487875642
===============
année P1 mais surtout rythmes courts à vérifier pour voir si jour critique émotionnel (ou à côté) tout comme ses collègues : http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/2017/02/suicide_91.html

===============
édit : les rythmes psychiques humains sont assez infaillibles et sous réserve de bonne donnée il s'agit là aussi d'un suicide à l'arrivée du jour critique émotionnel (naissance vendredi et suicide jeudi à l'arrivée du vendredi), effectivement comme les deux cas récents cités dans le lien...

(veille d'un épisode triplement critique constitué du jour critique émotionnel E22 et du jour critique intellectuel i26, P6/P7, à proximité de l'anniversaire 47 - année P1)
23 février 2017 (6/02/1970) 
Ma 21
Me 22
Je 23
Ve 24 E(22) I(26)
Sa 25 P(6)
Di 26 P(7)

suicide

Décès (par suicide) d’un officier de la gendarmerie. Nous apprenons ce jour le décès (par suicide) d’un officier de la gendarmerie. Celui-ci était affecté dans le passé au poste de commandant de compagnie à Redon (35600) – groupement de la gendarmerie départementale d’Ille-et-Vilaine – Région de gendarmerie de Bretagne. « La machine à broyer » a-t-elle fait long feu ? Le CE D B laisse « hors service » femme, enfants et deux lettres semble-t-il. Une au profit de la gendarmerie et une autre à l’attention de sa famille. Profession-Gendarme présente à sa famille et à ses camarades, ses condoléances attristées.
http://www.profession-gendarme.com/deces-par-suicide-dun-officier-de-la-gendarmerie/
http://www.profession-gendarme.com/deces-par-suicide-dun-officier-de-la-gendarmerie/
===============
 20/05/1972 - 20/02/2017 (44 ans)
(ss réserve bonnes données jour critique physique P18 équivalent du jour critique émotionnel) dans un épisode double critique fort)
20 février 2017 (20/05/1972)
Sa 18 E(22)
Di 19 P(17)
Lu 20 P(18)
Ma 21 P(19)
Me 22
Je 23

double suicide

La rescapée d’un double suicide condamnée Le tribunal n’a pas retenu la thèse d’un crime calculé froidement. Douze ans de prison ferme, c’est la peine prononcée par le tribunal correctionnel de Verviers à l’encontre de Magali Hermann, une infirmière de 43 ans habitant Waimes, dans l’arrondissement de Verviers, qui était accusée de l’assassinat de son compagnon Christophe Briska par empoisonnement en avril 2015. L’accusée était présentée par le ministère public comme par les parties civiles comme une manipulatrice, qui a assassiné froidement son compagnon en faisant croire à un double suicide pour que celui-ci ne puisse pas lui échapper. Selon ces parties accusatrices, tout indique que Christophe ne voulait pas se suicider, mais qu’il en avait marre de la vie avec Magali, et qu’il s’apprêtait à rompre, ce qu’elle savait pertinemment. Pour Mme Collienne, il s’agit d’un meurtre calculé, prémédité froidement, destiné à mettre fin à la vie du seul Christophe. Elle réclamait 22 ans de prison. Mes Wynants et Deliège, parties civiles, avaient plaidé que pour son entourage, Christophe était loin d’être suicidaire, mais qu’il en avait marre de la vie avec Magali et qu’il voulait en finir avec elle. Une thèse que le tribunal a rejetée, estimant que n’était pas établie la volonté froide d’éliminer purement et simplement son compagnon. Pour la défense, personne ne connaît la dynamique interne d’un couple catastrophique, qui se pourrissait la vie l’un l’autre, et qui avait atteint un paroxysme à cause d’une jalousie extrême. Des tas de SMS indiquent que Christophe avait des idées noires, mortifères. Le caractère suicidaire de quelqu’un ne se détecte pas toujours. Le tribunal a tenu compte de cette relation toxique ainsi que de l’état dépressif voire bipolaire de la prévenue. Mais il souligne aussi l’atteinte intolérable à la vie d’autrui, d’autant plus que sa profession d’infirmière est de sauver des vies et non d’en détruire. La peine prononcée est de 12 ans de prison ferme.
http://www.dhnet.be/actu/faits/la-rescapee-d-un-double-suicide-condamnee-58ae00abcd70ce397f154a9b
================
la situation du compagnon (Né dimanche 21 mars 1982 - décédé le vendredi 17 avril 2015) indique un jour plutôt neutre le jour du drame, (P6 donc pas directement un "jour suicide" toutefois à un mois de l'anniversaire en année i1). resterait à regarder la situation de la compagne pour voir si elle se trouvait dans un jour de possibles pulsions meurtrières... (période critique septennale des 42 ans déjà - pas trouvé de donnée de naissance)

jeudi 23 février 2017

passion

Il filmait des femmes dans les cabines à la piscine Un quinquagénaire doit être déféré ce vendredi devant le parquet. Interpellé mercredi à Versailles, il est soupçonné d'avoir filmé à leur insu des femmes en train de se déshabiller dans des cabines à la piscine. Une passion plus que douteuse. Un homme de 50 ans a été interpellé mercredi par les policiers à la piscine Montbauron à Versailles, où il est soupçonné d'avoir filmé des femmes dans les cabines à leur insu, rapporte Le Parisien. L'homme a reconnu avoir fait des vidéos des femmes à raison de trois ou quatre fois par semaine depuis le mois de janvier. Il doit être déféré devant le parquet ce vendredi. Après les plaintes de plusieurs femmes Plusieurs femmes avaient alerté les policiers. Elles racontaient avoir surpris "une main munie d’un téléphone doré qui les filmait" lorsqu'elle se mettaient en maillot de bain dans les cabines. Les enquêteurs sont remontés jusqu'à un usager de la piscine grâce au système de badges qui permettent de rentrer dans l'établissement. Ils se sont aperçus que le quinquagénaire était dans l'établissement au même moment que les plaignantes. Or celui-ci n'avait jamais été vu par les employés dans le bassin ou en train de se changer. 300 vidéos compromettantes retrouvées à son domicile Mercredi, les enquêteurs ont mis en place un dispositif pour coincer le suspect. Mais celui-ci a compris le manège, et a pour une fois enfilé un maillot de bain avant de rentrer dans l'eau. Les enquêteurs sont donc allés le cueillir dans le bassin. Ils ont ensuite perquisitionné son domicile, où 300 vidéos de femmes en train de se dénuder ont été découvertes. Le quinquagénaire a justifié ses actes par le fait qu’il "n’avait plus aucune vie sexuelle".
http://www.lejsl.com/faits-divers/2017/02/23/il-filmait-des-femmes-dans-les-cabines-a-la-piscine
==============
(période critique septennale des 49 ans)
ah, les pulsions septennales...  http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/2017/02/film.html

drame

Une institutrice tente de tuer ses 3 enfants : elle a enfoncé une aiguille dans la tête de l'un d'eux Camélia, une ancienne institutrice, comparaît ce mercredi devant la 54e chambre correctionnelle de Bruxelles. En novembre 2015, cette mère de famille, âgée à l'époque de 32 ans, a tenté d'assassiner ses trois enfants, âgés au moment des faits de 3, 9 et 12 ans. Elle a enfoncé une aiguille à piercing dans le crâne de l'un d'eux. Les deux autres, elle les a empoisonnés. Par chance, ils ont survécu. Prise de psychose lors du drame, les experts psychiatres estiment qu’elle n’était pas en pleine possession de ses moyens. Le verdict sera connu dans quelques jours.
http://www.faitsdivers.org/24662-Une%20institutrice%20tente%20de%20tuer%20ses%203%20enfants%20:%20elle%20a%20enfonc%C3%A9%20une%20aiguille%20dans%20la%20t%C3%AAte%20de%20l'un%20d'eux.html
=================
(32 ans est effectivement l'année i1 critique intellectuelle (du cerveau) - resterait à voir la situation des rythmes courts le jour du drame 2/11/2015)

suicide

Il se suicide juste après avoir été expulsé des Etats-Unis  Guadalupe Olivas Valencia a été retrouvé mort mardi. Ce Mexicain s'est jeté du haut d'un pont à Tijuana, dans le nord-ouest du pays, non loin de la frontière avec les Etats-Unis. L'homme s'est suicidé alors qu'il venait d'être expulsé des Etats-Unis. Selon des documents retrouvés, il était âgé de 44 ans, et né dans l'Etat de Sinaloa, un Etat du Mexique déchiré par les violences liées au narcotrafic. Selon les informations de LCI, il s'agissait de la troisième expulsion de ce migrant. Trump veut accélérer les expulsions De nouvelles consignes ont été édictées par le gouvernement du président Donald Trump pour accélérer les expulsions de migrants. Les clandestins qui bénéficiaient de l’indulgence des autorités américaines sous l’administration Obama ont été prévenus : presque aucun n’est désormais à l’abri.
http://www.leprogres.fr/faits-divers/2017/02/22/il-se-suicide-juste-apres-avoir-ete-expulse-des-etats-unis
===============
Originario de Los Mochis, Sinaloa, donde nació el 9 de octubre de 1971, Olivas Valencia
(suicide en jour neutre le lendemain du jour critique physique P12)

drame

Gerlafingen SO: Blutiges Familiendrama – Mann von Schwiegervater erschossen Am Montag hat in Gerlafingen SO ein Mann (54) auf seinen Schwiegersohn (†34) geschossen Der 34-jährige Mazedonier wurde durch mindestens einen Schuss schwer verletzt – gestern ist er im Spital verstorben  Imran S.* (54), ein Schweizer mit mazedonischen Wurzeln, hatte sich nach der Tat umgehend gestellt. Sein Motiv ist unklar. (...)
http://polizei.news/2017/02/22/gerlafingen-so-blutiges-familiendrama-mann-von-schwiegervater-erschossen/
===============
(lors d'une dispute, apparemment, un homme de 54 ans a tué par arme à feu son gendre âgé de 34 ans)
(période critique septennale des 35 ans - rythmes courts à voir)

suicide

Vivant mal l'après-rugby, Dan Vickerman se serait ôté la vie Dan Vickerman au moment de raccrocher les crampons en 2012. L'ancien international australien Dan Vickerman se serait suicidé la veille d'un forum où il devait parler des difficultés de la vie après le sport de haut niveau. Décès de Dan Vickerman, ex-international australien Le décès soudain de l'ancien 2e ligne des Wallabies à seulement 37 ans a choqué le monde du rugby. En Australie, ses anciens coéquipiers en sélection nationale ont tous eu une pensée pour celui qui a porté le maillot des Green and Gold à 63 reprises. Certains comme l'ancien capitaine des Brumbies, Owen Finegan, ont révélé que Vickerman avait du mal à vivre l'après-rugby via le Dailymail. "Dan avait exprimé à plusieurs reprises combien sa transition était difficile ... C'est difficile pour un grand nombre de sportifs professionnels, surtout lorsque vous avez passé 10 ans ou plus au sommet du jeu." Il devait justement en parler lors d'un forum organisé dimanche par le syndicat des joueurs et la fédération australienne. Dans la nuit de samedi, Dan Vickerman s'est cependant oté la vie à son domicile familial. Depuis sa retraite en 2012 suite à des blessures, il n'était pourtant pas resté sans rien faire. Il avait travaillé comme conseiller chez KPMG (une entreprise d'audit et de conseil) avant d'être gestionnaire de portefeuille auprès de la société de gestion de fonds Heathley Limited pendant trois ans. Il y a trois semaines de ça, il avait trouvé un poste dans l'immobilier à Sydney.
http://www.lerugbynistere.fr/videos/australie-vivant-mal-lapres-rugby-dan-vickerman-se-serait-ote-la-vie-2202171524.php
========================
(suicide en jour neutre)
Naissance : 4 juin 1979, Décès : 18 février 2017,
18 février 2017 (4/06/1979)
Me 15 P(18)
Je 16 P(19)
Ve 17
Sa 18
Di 19
Lu 20 E(1)
Ma 21 P(1) I(17)

Zweig

Stefan Zweig et sa femme, Lotte, après avoir fui en 1933 l’Allemagne hitlérienne, ont cru trouver au Brésil plus qu’une terre d’accueil : un refuge où reprendre la vie intense et fertile de l’auteur du Joueur d’échecs, de Lettre d’une inconnue ou de Vingt-quatre heures de la vie d’une femme. Mais la fracture est plus profonde. Dans ce Brésil plein de vitalité et qui ne se soucie guère de l’antisémitisme qui fait rage en Allemagne, le pessimisme et la dépression l’abattent. La guerre, la suprématie nazie, engloutissent ce « monde d’hier » qu’il a tant aimé et cette Vieille Europe humaniste et lettrée dont il a été l’un des plus illustres représentants. Le 22 février 1942, courageux ou lâches, les époux Zweig décident de quitter ce monde : voici la dernière lettre de Stefan Zweig, qu’il adresse à sa première femme, Friderike.(...)
http://www.deslettres.fr/lettre-de-suicide-de-stefan-zweig-dernieres-heures/
===========================
 Stefan Zweig, né le à Vienne, en Autriche-Hongrie, et mort par suicide le

Je 19
Ve 20
Sa 21 P(12)
Di 22
Lu 23 E(22)
Ma 24
Me 25 I(26)



Je 19
Ve 20
Sa 21 P(18)
Di 22 P(19)
Lu 23
Ma 24 E(1)
Me 25

(un suicide "dans les normes" si l'on peut dire puisque que l'on a tendance à se suicider le jour critique émotionnel) (jour critique émotionnel E22 pour Stefan Zweig et jour critique physique P19 pour sa femme - P19 étant un équivalent du jour critique émotionnel)

bombe

Bombe dans un train: 30 ans de prison pour un Taïwanais suicidaire  Un Taïwanais a été condamné mercredi à 30 ans de réclusion pour avoir fait exploser en juillet dans un train une bombe artisanale qui avait fait une vingtaine de blessés, dans une tentative de suicide. Lin Ying-chang, 56 ans, a été reconnu coupable de tentatives de meurtre mais aussi de fabrication d'explosifs par le tribunal de district de Taipei. L'explosion en juillet avait fait 24 blessés. "L'accusé avait fait exploser la bombe dans le but de se suicider, mais également pour se venger de la société en tuant des innocents", indique le tribunal dans un communiqué. M. Lin, qui avait été blessé, avait raconté au tribunal ses difficultés à trouver un emploi, son cancer, sa rupture avec sa famille et sa vie dans sa voiture. Il pensait que "la société en était responsable", poursuit le tribunal.
https://www.lorientlejour.com/article/1036577/bombe-dans-un-train-30-ans-de-prison-pour-un-taiwanais-suicidaire.html
====================
(période critique septennale des 56 ans - rythmes courts à voir)

suicide

Chartres - Cathédrale : la thèse du suicide confirmée par l'autopsie L'enquête se poursuit après la chute mortelle d'une jeune femme de 20 ans à la cathédrale de Chartres lundi. La thèse du suicide est confirmée par l'autopsie du corps et les derniers éléments dont disposent les enquêteurs. Rappelons que l'accès aux tours de la Cathédrale est interdit jusqu'à nouvel ordre depuis le drame.
http://intensite.net/2009/actu2017/chartres-cathedrale-la-these-du-suicide-confirmee-par-l-autopsie-250324
============
(période critique septennale des 21 ans - rythmes courts à voir)

accident

Lola, la petite «miraculée» progresse  Brimeux Il y a un an, la petite Lola était percutée par un train à deux pas de sa maison. Aujourd’hui, elle retrouve sa famille quelques jours par semaine. Un combat pour la vie (...) la petite fille qui aura 4 ans le 5 mars prochain, .(...)
http://www.lejournaldemontreuil.fr/fait-divers/lola-la-petite-miraculee-progresse-ia727b0n199152
==================== 
Ce qui s’est passé ce 24 février au passage à niveau Après le drame, une enquête a été ouverte et les témoins entendus. Emmeline, la sœur aînée alors âgée de 10 ans, n’a pas directement assisté à la scène. La cadette, Laura, en revanche, 5 ans à l’époque, a tout vu du tragique accident de ce 24 février 2016. «  On était sorti pour promener Snoopy (l’un des chiens de la famille, NDLR) avec un voisin plus grand. Le chien a traversé les voies ferrées. Lola a suivi, moi j’ai entendu le train arriver alors j’ai attendu. Seulement elle, sa chaussure est restée coincée entre les rails. J’ai voulu l’attraper par la main mais ça a glissé.  »   http://www.lavoixdunord.fr/95846/article/2016-12-28/percutee-par-un-train-en-fevrier-la-petite-lola-pu-retrouver-sa-maison  
==================
(accident en jour critique physique P6)
24 février 2016 (5/03/2013)
Sa 20
Di 21
Lu 22
Ma 23 E(22)
Me 24 P(6)
Je 25 P(7)
Ve 26
Sa 27 I(1)

mercredi 22 février 2017

drame

Enschede: un jeune garçon de 15 ans se suicide après la diffusion sur Instagram d'une photo de lui nu  Onur, un jeune Néerlandais de 15 ans, a mis fin à ses jours ce dimanche, en sautant depuis l’appartement de ses parents, à Enschede. Quelques heures après le drame, les enquêteurs ont découvert qu’une photo de lui, nu, avait été publiée sur Instagram. C’est une jeune fille qui aurait diffusé cette photo, expliquent nos confrères néerlandais de AD. Il s’agirait d’une photo devant un miroir. L’enquête n’a pas encore déterminé comment celle-ci était arrivée jusqu’à l’adolescente, mais ce qui est certain, c’est qu’Onur a vu qu’elle avait été partagée. Peu après 15 heures ce dimanche, juste avant le drame, Onur a envoyé des messages à sa petite amie : « Je t’ai tant aimé, mon bébé », a-t-il d’abord envoyé. « Je m’en vais, salut. Tu peux envoyer ce que tu veux, ça ne sert à rien », puis encore un autre avec des cœurs. Au total, 8 messages en moins d’une minute. Puis sa copine lui a répondu : « Arrête de déconner », puis « Ey, Onur, Onur ! ». Puis plus rien. Elle a ensuite appelé la police… Quelques heures après le drame, plus de 200 élèves de son école se sont donné rendez-vous pour lui rendre hommage.
http://www.sudinfo.be/1793098/article/2017-02-21/enschede-un-jeune-garcon-de-15-ans-se-suicide-apres-la-diffusion-sur-instagram-d
==============

mardi 21 février 2017

tyran

Le septuagénaire avait tué l’amour de sa vie Pierre Leurquin est rejugé pour le meurtre de son épouse. Un procès digne qui traite d’amour, de longévité et de surmédication. Virage à 180 degrés. En juin dernier, Pierre Leurquin, 79 ans, était condamné à 15 ans de réclusion criminelle pour avoir étranglé, le 30 septembre 2015, son épouse Suzanne, la femme de sa vie, qu’il a épousée en 1958. Que s’est-il passé pour qu’une telle peine soit infligée devant une famille consternée ? Déjà l’attitude de Pierre Leurquin, érudit professeur à la retraite, un homme raffiné devenu arrogant, vitupérant, se présentant en victime face à une épouse qui n’aurait peut-être "pas volé" ce qui lui est arrivé. Son avocate d’alors avait tenté de nier l’intention homicide. Peine perdue : il ne fait aucun doute que l’homme a volontairement étranglé son épouse, à leur domicile de Woluwé-Saint-Pierre. Depuis des mois, Suzy Vanderveeren couchait sur papier, avec amour et délicatesse, ses craintes devant un mari qui ne contrôlait plus ses colères. "Je ne peux croire que l’homme qui insulte, qui humilie, qui frappe, soit encore toi." Nouveau procès, nouvelle défense. Pierre Leurquin, physiquement affaibli, a un ton plus serein. "Je ne suis pas poli, je suis impulsif, vite énervé. Ça c’est vrai, surtout depuis ma dépression." L’homme a des mots durs pour sa famille, disant les choses sans filtre. Pour la défense, l’homme n’était pas responsable de ses actes, bouffé qu’il était par la dépression et les médicaments (benzodiazépines, antidépresseurs…). Me Huysmans reprend ses premiers mots après les faits : "Je ne voulais pas sa mort, c’était la femme de ma vie. Mes enfants vont me maudire, ils ne comprendraient pas qu’un amour de 58 ans soit détruit en une minute." Pour Catherine Toussaint, "l’homme que Pierre Leurquin a été ne peut pas avoir complètement disparu. Il ne pouvait pas devenir ce tyran domestique. La maladie et la déchéance recouvrent une horrible réalité", lâche-t-elle. Puis, elle refait la liste des médicaments qu’il prenait, énorme, contre-indiqués. Pour elle, c’est la raison qui a fait basculer son client, qui doit, selon elle, être acquitté. Du côté des parties civiles, Me Bruno Dayez a décrit justement une "hypertragédie. M. Leurquin a perdu la femme de sa vie et ses enfants sont pris entre deux feux." Plus tard : "On attendait de lui qu’il fasse état d’un remords", regrette-t-il, prenant parfois même la défense du prévenu. L’union sacrée ne va pas jusqu’au ministère public. L’avocate générale a décrit une affaire "affreusement triste" et requis une peine de 10 ans de réclusion, assortie d’une mise à disposition du tribunal de l’application des peines. Pierre Leurquin pourrait alors sortir de prison passé ses 83 ou 84 ans. "Son espérance de vie est de cinq ans, au mieux. Que restera-t-il de sa dignité ?", interroge Me Huysmans. Prononcé le 17 mars. Source : La Dernière Heure le 17 février 2017
http://www.skcenter.be/phpbb/viewtopic.php?f=32&t=1016&sid=dba4e4826ae8c0f92bb2c0eba7695bc7
===============
pas trouvé de données précises, mais ressemble fort à un drame de la dépression septennale des 77 ans... (rythmes courts des deux personnes à voir le 30 septembre 2015)

violences

Il frappe sa compagne, la brûle avec une cigarette et tente de l’encastrer dans un frigo L'homme était jugé ce jeudi à Saint-Etienne. Cette nuit-là, une voisine a entendu des cris. Elle a pensé que ce n’était pas grave. « L’indifférence des témoins est parfois extraordinaire » déplore le président du tribunal correctionnel de Saint-Etienne. « Elle a trouvé la solution, elle a fermé la fenêtre ! » renchérit l’avocate de la partie civile. Une nuit de septembre 2016, une jeune femme a vécu l’enfer chez son compagnon, à Marcoux. Il a bu. Les ennuis commencent. L’homme de 43 ans démarre par une gifle. « Il me met la tête dans le frigo, puis essaie de m’y encastrer totalement » explique la victime. Les coups pleuvent. Poings, pieds. Et même une baïonnette, un nunchaku. Des brûlures avec une cigarette. « Ça s’arrête quelques minutes, et puis ça recommence ». La scène a duré toute la nuit. A son procès, jeudi, l’homme s’est excusé. « Je regrette. Si je n’avais pas bu, je n’aurais jamais agi comme ça ». Il a été condamné à deux ans de prison dont neuf mois avec sursis mise à l’épreuve. Source : Le Progrès le 16 février 2017
http://www.skcenter.be/phpbb/viewtopic.php?f=32&t=1022&sid=dba4e4826ae8c0f92bb2c0eba7695bc7
=============
"si je n'avais pas bu, et si je n'avais pas été dans la période critique septennale des 42 ans, un jour critique (rythmes courts à voir)..." mais malgré tout, aucune excuse...