vendredi 9 décembre 2016

procès

Savoie. Le procès de l’instituteur jugé pour pédophilie s’ouvre ce jeudi  Eric Molcrette, enseignant de 51 ans, comparaît dès ce jeudi devant les assises de Savoie pour avoir violé et agressé sexuellement une trentaine de fillettes. L’instituteur a reconnu les faits qui se sont déroulés entre 2011 et 2013, soit deux ans avant la retentissante affaire de pédophilie dans une école de Villefontaine en Isère. Il a reconnu les faits. Ceux d’avoir violé 19 de ses élèves de grande maternelle et de CP de l’école de Planaise (Savoie), âgées de 5 et 6 ans, et d’avoir agressé sexuellement 11 enfants de 8 à 12 ans lors d’un camp de vacances équestre en Charentes Maritimes à l’été 2012. Entre « colère » et « angoisse » Eric Molcrette, 51 ans, comparaît donc dès ce jeudi devant les assises de Savoie. Un procès que les parents des victimes attendent avec « colère » et aussi une certaine « angoisse », selon Me Daniel Cataldi, l’un des avocats des parties civiles. »« On peut toujours redouter un geste suicidaire », explique le magistrat, soulignant que les familles ont en mémoire le suicide en prison, en avril dernier, de l’ex-directeur de l’école de Villefontaine (Isère), mis en cause en 2015 pour des faits similaires. Un geste qui avait privé les familles d’un procès . Il faut dire qu’Eric Molcrette s’était ouvert les veines une semaine après son incarcération, en avril 2013. Aujourd’hui « il sait cependant qu’il se doit de faire face aux parents », a assuré Me Olivier Connille, qui le défendra avec son confrère Nicolas Paradan. Un instituteur « rongé de culpabilité » Dans ce procès qui se tient à huis clos, Eric Molcrette, « rongé de culpabilité » selon Me Connille, présentera ses excuses « même si elles ne seront pas entendues ». Pour sa défense, il s’agira d’essayer « d’expliquer ce passage à l’acte », à presque 50 ans, d’un homme qui s’est fait « manger par internet », à un moment de creux professionnel et après une rupture amoureuse extraconjugale qui aurait ranimé des blessures de sa propre enfance. L’accusé dit avoir subi trois agressions sexuelles, notamment par un oncle.
http://www.ouest-france.fr/rhone-alpes/savoie/savoie-le-proces-de-l-instituteur-juge-pour-pedophilie-s-ouvre-ce-jeudi-4665867
=============

drame

Drame. Deux lycéens, une jeune fille et un garçon du même établissement, se sont pendus au même arbre à deux mois d'intervalle dans une petite commune du Nord. Rien ne vient expliquer ce terrible geste.  Dans les pâtures et les champs qui bordent le village de Bouvignies (Nord), tous les saules se ressemblent mais un semble attirer tous les malheurs. Dans la nuit de vendredi à samedi, le corps d'une adolescente de 15 ans, Emeline, a été retrouvé pendu aux branches. Là même où deux mois avant Franck, 17 ans, avait mis fin à ses jours. La jeune fille avait été portée disparue quelques heures plus tôt. Une grande battue avait été organisée mais c'est à quelques centaines de mètres de son domicile que son corps a été découvert par son père. Sur elle, les enquêteurs ont trouvé une lettre d'adieu dont on ignore la teneur, a précisé le procureur de la République de Douai. La seule coïncidence des lieux est difficile à imaginer : entre les branches du vieux saule, un bouquet de roses, aujourd'hui fanées, avait été déposé, probablement peu après la mort de Franck. Pourquoi Emeline s'est-elle suicidée au même endroit que son camarade ? L'enquête n'a pas permis d'établir de lien entre les deux affaires mais la question est sur toutes les lèvres à la sortie du lycée Pasteur de Somain, où les deux adolescents étaient scolarisés. (...)
http://www.leparisien.fr/faits-divers/incomprehension-apres-le-suicide-de-deux-adolescents-09-12-2016-6433278.php
==================
(rythmes courts à voir)

drame

Un couple retrouvé mort à Juprelle: l'homme a tué sa femme avant de se suicider Des coups de feu ont été tirés vendredi matin dans une maison à Juprelle. Un couple y a été retrouvé mort. D'après le parquet de Liège, l'homme a tué sa femme avant de se suicider.  Il s'agit d'un homme et d'une femme, nés en 1947 et 1956, qui étaient en couple, selon une information qui nous a été confirmée par Catherine Collignon, magistrate du parquet de Liège. Dans l'après-midi, le parquet de Liège nous a informés des circonstances du drame: l'homme a tiré trois fois sur sa femme, au niveau de la nuque, avant de retourner son arme contre lui.
http://www.rtl.be/info/regions/liege/coups-de-feu-tires-a-juprelle-un-couple-retrouve-mort-a-son-domicile-873685.aspx
==============
(période critique septennale des 70 ans - rythmes courts à voir)

drame

Accident sur la voie express : une mère et sa fille décédées  L’enquête sur le terrible accident qui a eu lieu ce jeudi soir sur la voie express Brest-Quimper se poursuit. Diligentée par les gendarmes du peloton motorisé de Châteaulin, elle révèle plusieurs éléments sur les victimes de l’accident. Selon les premiers éléments de l’enquête, le camping-car a quitté sa voie de circulation dans le sens Quimper Brest, à pour une raison inconnue. Après avoir percuté la glissière centrale, le véhicule aurait décollé, frottant d’abord contre un camion conduit par un homme de 31 ans venant en sens inverse, puis retombant sur une Peugeot 208 blanche conduite par une femme de 36 ans. C’est alors que le choc mortel s’est produit. Le camping-car a percuté de plein fouet une Peugeot 5 008. À l’intérieur, une mère de famille âgée d’une quarantaine d’années, avec à ses côtés sa fille de 14 ans et à l’arrière, deux fillettes de 12 et 10 ans. Toutes sont originaires de Plabennec. Chauffeur sauveteur Le chauffeur du camion, indemne, est allé porter secours aux accidentés et a réussi à dégager les deux fillettes. Elles ont été transportées dans un état grave à l’hôpital de Brest. Le chauffeur du camping-car, un homme de 51 ans, est décédé sur le coup, la mère de famille et sa fille de 14 ans également. Des autopsies seront réalisées ce vendredi après-midi. Appel à témoins Pour lever plusieurs zones d’ombre, le Parquet de Quimper lance un appel à témoins. Il recherche des témoignages sur le comportement du camping-car avant l’accident, et au moment même de l’accident.
http://www.ouest-france.fr/bretagne/chateaulin-29150/accident-sur-la-voie-express-une-mere-et-sa-fille-decedees-4668421
==================

corruption

Un professeur de collège a été condamné à un an de prison avec sursis ce jeudi soir par le tribunal correctionnel de Perpignan après s'être mis en scène sur une vidéo pornographique diffusée auprès de certains de ses élèves et anciens élèves. Un jeune professeur de français a été condamné à un an de prison avec sursis ce jeudi soir par le tribunal correctionnel de Perpignan pour "corruption de mineurs". Un peu plus tôt, le procureur avait réclamé 2 ans de prison avec sursis. Le procès s'est déroulé à huis clos. Cet enseignant de 30 ans, aujourd'hui suspendu, exerce sous contrat dans le collège privé St Jean La Salle de Perpignan, un établissement plutôt réputé. Il a été condamné pour avoir diffusé sur les réseaux sociaux des vidéos de lui, dénudé, dans des postures impudiques. Il lui est également reproché d'avoir envoyé des SMS à caractère sexuel à plusieurs de ses élèves ou anciens élèves. "Mon client ne chassait pas les adolescents, il chassait les Pokémons avec les adolescents", l'avocat de l'enseignant Six collégiens s'étaient constitués parties civiles, tous des garçons mineurs, qui pour certains n'ont pas encore 15 ans. Les premiers messages remontent à l'été 2015, les échanges se sont ensuite poursuivis pendant plus d'un an. L'enseignant a été interpellé en septembre dernier. L'enseignant n'avait jusque là aucun passé judiciaire.(...)
http://www.lindependant.fr/2016/12/07/p-o-un-enseignant-juge-pour-corruption-sur-d-anciens-eleves,2280695.php
==============
(à voir éventuels liens avec la période critique septennale des 28 ans : elle peut avoir pour propriété de pousser aux actes, de perdre certains repères... voire de "retomber en enfance" - on en oublie ses responsabilités d'adulte... )

pyromane

Gironde : le pyromane allumait des feux pour faire plaisir à son père pompier Le jeune homme provoquait des incendies dans la région de Blaye puis téléphonait à son père. Fils et petit-fils de pompier, le pyromane allumait des feux pour pouvoir assister au spectacle avec son père. Un homme de 28 ans, a été condamné jeudi à quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis pour avoir allumé cinq incendies en Gironde afin de «faire plaisir à son père», ancien pompier volontaire, révèle Sud Ouest. Entre le 9 et le 26 septembre, l'homme a allumé à l'aide d'un simple briquet plusieurs feux de forêts à coté Saint-Savin-de-Blaye, à une petite cinquantaine de kilomètres au nord de Bordeaux. Ces incendies avaient ravagé une quinzaine d'hectares explique Sud Ouest. L'ouvrier agricole qui n'a jamais réussi à devenir pompier appelait ensuite son père pour le prévenir et pouvoir assister au spectacle avec lui. Le pyromane restait sur les lieux pour assister à l'intervention des pompiers et des canadairs qu'il appréciait voir voler. Une famille fascinée par les pompiers Selon Sud Ouest, la famille du jeune homme vouait un véritable culte aux pompiers : père pompier volontaire et grand-père pompier professionnel. Sauf que pyromane a toujours été recalé notamment à cause de son casier judiciaire : en 2009, il avait jeté un cocktail Molotov contre une brigade de gendarmerie. C'est grâce à la géolocalisation de son portable que les gendarmes ont pu lui mettre la main dessus : les données du téléphone ont révélé que le jeune homme se trouvait systématiquement les lieux des départs de feux. Condamné par le tribunal correctionnel pour «destruction des biens par incendie et mise en danger d'autrui», il a vu sa peine de prison ferme assortie de 18 mois de sursis et de trois ans de mise à l'épreuve. Il a été placé en détention à l'issue de l'audience.
http://www.leparisien.fr/faits-divers/gironde-le-pyromane-allumait-des-feux-pour-faire-plaisir-a-son-pere-pompier-09-12-2016-6434991.php
=============
période critique septennale des 28 ans : récidiviste septennal, 2009 était la période critique précédente des 21 ans.

retrouvé mort

L’autopsie ne détermine pas la cause de la mort du kickboxeur belge retrouvé mort aux Pays-Bas  Marc De Bonte avait disparu le 5 novembre. Son corps a été retrouvé le 24 novembre.  L’enquête se poursuit.  Il s’était rendu à une fête de son école et était ensuite allé chez un ami à Turnhout (Anvers). Il avait alors envoyé un SMS à son amie pour l’avertir qu’il allait arriver chez elle, avant de disparaître. Son corps a été repêché le 24 novembre dans le canal Wilhelmin à Oirschot, aux Pays-Bas.
http://www.lavenir.net/cnt/dmf20161208_00927680
=============
Naissance : 27 février 1990, 
Date de décès : 24 novembre 2016

De Bonte a disparu dans la nuit du 4 au 5 novembre. sa voiture a été trouvée près du canal où l'on a retrouvé le corps : la situation du 5 novembre est le lendemain du down de l'épisode critique physique P18/P19 deux jours après le jour critique émotionnel E1 :
5 novembre 2016 (27 février 1990)
Ma 1 E(1)
Me 2
Je 3 P(18)
Ve 4 P(19)
Sa 5
Di 6

violences

Un footballeur de Reims en garde à vue pour une très violente agression Antoine Conte, défenseur franco-guinéen de 22 ans formé au PSG et international espoir, a été placé en garde à vue suite à une très violente agression sur un jeune qui tentait de séparer le footballeur en train de frapper sa compagne. Il est entre la vie et la mort.Des terrains de football à la garde à vue. Antoine Conte, jeune défenseur du Stade de Reims, club évoluant en Ligue 2 française, a été placé en garde à vue jeudi suite à une très violente agression sur un jeune de 19 ans. Les faits se sont produits en début d'après-midi. Violence conjugale. Le drame a commencé à se nouer au domicile du joueur franco-guinéen, formé au PSG et qui a évolué dans toutes les équipes de France jeunes. Ce dernier, pris dans une dispute conjugale, commence à frapper sa compagne, qui parvient à s'échapper et demander de l'aide dans la rue. Le footballeur la suit, la rattrape et continue à la frapper dans la rue.
Un jeune de 19 ans qui passait par là tente alors de les séparer. Le footballeur renvoie sa femme chez lui et retourne à son domicile chercher une batte de baseball avant de ressortir pour frapper le jeune passant. Ce dernier, âgé de 19 ans, est entre la vie et la mort. (...)
http://www.europe1.fr/faits-divers/un-footballeur-de-reims-en-garde-a-vue-pour-une-tres-violente-agression-2922647
==================
(jeudi est jour double critique fort avec le jour critique physique P1 et le jour critique intellectuel i1)

8 décembre  2016 (29/01/1994)
Di 4
Lu 5
Ma 6
Me 7
Je 8 P(1) I(1)
Ve 9
Sa 10 E(8)
Di 11
Lu 12
Ma 13

jeudi 8 décembre 2016

agressions

Il poignarde deux femmes au hasard: un suspect arrêté Un homme d'une trentaine d'années a été interpellé mercredi et placé en garde à vue après une dizaine d'heures de traque. Le suspect aurait poignardé deux femmes mardi, à une heure d'intervalle. Poignardée sur le parking d'un supermarché La première victime est une femme de 55 ans. Elle se trouvait sur le parking d'un supermarché, à Agen, en train de ranger ses courses, lorsqu'elle a ressenti une douleur dans le dos, indiquent nos confrères de Sud-Ouest. Elle pensait alors simplement s'être cognée contre le hayon de son véhicule, et n'a pas fait attention à l'homme qui a pris la fuite en courant. Ce n'est qu'en rentrant chez elle qu'elle remarque la longue plaie, faite par arme blanche. Une conductrice de 26 ans ciblée Une heure plus tard, à Layrac, c'est une conductrice de 26 ans qui est blessée à son tour. Alors qu'elle rentre chez elle, elle remarque un pick-up crème dans son rétroviseur. Celui-ci la percute légèrement, et les deux conducteurs s'arrêtent. C'est à ce moment-là, après avoir récupéré une arme blanche dans son véhicule que le suspect frappe la jeune femme à plusieurs reprises. Il tente de la poignarder à la tête Il tente de la poignarder à travers l'entrebâillement de la vitre, la touchant au visage et à l'aisselle, et essayant de la frapper à la tête. La seconde victime a été hospitalisée mais ses jours ne sont pas en danger.  Le suspect est finalement interpellé mercredi matin dans une station-service à Bon-Encontre par les gendarmes. Il a été placé en garde à vue pour "tentative d'assassinats et violences avec arme et préméditation". La piste terroriste est a priori écartée par les enquêteurs.
http://www.leprogres.fr/faits-divers/2016/12/08/il-poignarde-deux-femmes-au-hasard-un-suspect-arrete
====================

suicide

Suicide en gare de Versailles Chantiers : les trains stoppés pendant une heure et demie  Une enquête a été ouverte après le décès d'une jeune femme de 21 ans, percutée par un train en gare de Versailles Chantiers, ce mercredi vers 14 heures. Le visionnage des vidéos a permis d'établir que la victime s'est jetée sur les voies au passage du convoi ferroviaire, confirmant ainsi les déclarations de témoins présents sur les quais à cet instant. Le trafic des trains a été interrompu le temps de l'intervention des secours sur les voies F, G et H, impactant la circulation des trains des lignes N, U et le RER C de 14 heures à 15 heures 30. D'après les premières investigations de la police, la jeune femme, domiciliée à Vélizy, avait fugué un peu plus tôt de l'hôpital Charcot, à Plaisir, où elle était suivie.
http://www.infonormandie.com/Suicide-en-gare-de-Versailles-Chantiers-les-trains-stoppes-pendant-une-heure-et-demie_a15092.html
======================
(période critique septennale des 21 ans - rythmes courts à voir)

suicide

Saône-et-Loire: un gendarme se suicide Un gendarme s'est donné la mort hier après-midi sur son lieu de travail à Louhans (Saône-et-Loire), a-t-on appris aujourd'hui auprès de la gendarmerie, confirmant une information du site internet d'informations Creusot infos. L'homme, un adjoint volontaire âgé de 22 ans, a utilisé son arme de service sur son lieu de travail, dans les locaux du PSIG (Peloton de surveillance et d'intervention de la Gendarmerie), selon la même source. Samedi en Côte-d'Or, un gendarme de 47 ans, père d'un enfant, s'était déjà suicidé avec son arme de poing dans les locaux de la gendarmerie à Précy-sous-Thil. Selon une étude de l'association professionnelle de gendarmes GendXXI, rendue publique en janvier dernier, 25 gendarmes se sont suicidés en 2015, un chiffre en hausse par rapport à l'année précédente (22).
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/12/08/97001-20161208FILWWW00065-saone-et-loire-un-gendarme-se-suicide-sur-son-lieu-de-travail.php
==================
(période critique septennale des 21 ans - rythmes courts à voir)
(47 ans est est l'année P1 également épisode critique et rythmes courts à voir (on a tendance à se suicider le jour critique émotionnel ou le jour à côté)

escroquerie

Prison ferme pour un couple s’étant fait passer pour des victimes des attentats Ce sont les plus lourdes peines jamais prononcées dans ce type de dossier. Le tribunal de Grasse a dit vouloir faire « une application particulièrement stricte de la loi » dans un souci « d’exemplarité pénale ». Les deux prévenus, qui sont en couple, ont également été condamnés à verser chacun 30 000 euros en réparation au FGTI.  Les peines encourues pour escroquerie à l’encontre d’un organisme public sont au maximum de sept ans d’emprisonnement. L’homme, qui était en état de récidive légale, encourait jusqu’à quatorze ans de prison. Ces deux concubins domiciliés à Cannes, âgés lui de 36 ans et elle de 29 ans et parents de deux enfants de 6 et 7 ans, ont reconnu les faits devant le tribunal. Ils avaient dit avoir été présents le soir du 13 novembre près du Stade de France, à Saint-Denis. La prévenue avait notamment soutenu avoir été « soufflée » par une explosion lors de l’attentat. Pour leur défense, ils ont expliqué avoir des dettes à rembourser. Ils ont également investi une partie des 60 000 euros perçus dans l’achat de véhicules destinés à la revente dans un cadre professionnel. L’intégralité des sommes a déjà été dépensée. Démasqués grâce à une nouvelle demande d’indemnisation Les deux escrocs ont été démasqués lorsqu’ils ont, de nouveau, cette fois après l’attentat de Nice sur la promenade des Anglais le 14 juillet, déposé une demande d’indemnisation pour cet attentat. Le FGTI avait alors saisi les services de police. L’enquête menée a pu établir, notamment à partir de témoignages, que le soir du 13 novembre 2015 ils étaient en réalité ensemble à Antibes, et non à Paris comme ils le prétendaient. (...)
http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/12/08/prison-ferme-pour-un-couple-s-etant-fait-passer-pour-des-victimes-des-attentats_5045917_3224.html
=================
(périodes critiques septennales communes des 28 et 35 ans)

bébé secoué

Bébé secoué près de Metz : une nounou à la barre Nounou depuis trente ans. Plus d’une quarantaine d’enfants gardés. Et jamais le moindre incident. « Alors, pourquoi aurait-elle fait usage de violences, à deux reprises, sur le même enfant ? », plaide Me Jean-Christophe Duchet, avocat de cette assistante maternelle de l’est messin. C’est toute la question de ce dossier qui a glacé l’audience correctionnelle, hier, à Metz. La prévenue nie désormais, sur un ton pour le moins maladroit. Sur le banc des parties civiles, des parents dévastés par le chagrin et les inquiétudes. Car rien n’assure que leur petit garçon, 4 ans aujourd’hui et qui se porte bien, ne connaîtra jamais de séquelles de ces agissements commis en novembre 2012 et janvier 2013. Les experts sont clairs : le nourrisson, âgé de 5 mois au moment des premiers faits, a subi « des gestes mécaniques de va-et-vient » lors de deux épisodes de violences distincts. Un moment suspectés, les parents se sont vu retirer la garde de leur enfant pendant six mois. Pour la défense, si les violences sont avérées, le doute subsiste quant à leur auteur. Mais, c’est en quittant la nounou que les symptômes sont apparus à deux reprises. L’enfant a été plusieurs fois conduit aux Urgences par ses parents. Le diagnostic est tombé début 2013. Et a entraîné deux opérations crâniennes lourdes. « Le 11 janvier 2013, le chirurgien a dit que s’il n’avait pas été opéré dans l’heure, il ne serait plus là », pleure le papa. Le parquet s’appuie sur des déclarations « laborieuses » de la prévenue. D’abord, des dénégations ; puis des aveux minimisant sa responsabilité. Avant de nouvelles dénégations. La nounou admet deux portés « maladroits », sans tenir la tête, qui serait « partie en arrière ». Mais, pendant l’enquête, elle avait déclaré que les cris de l’enfant l’avaient agacée. « Vous avez dit que vous ne saviez pas pourquoi vous aviez fait cette folie et avez demandé à la mère de le conduire chez le médecin, sans lui expliquer pourquoi, mais pour être sûre que votre geste ne soit pas une catastrophe. Pourquoi, si vous êtes sûre de vous ? », insiste Marianne Aventin. Interdiction d’exercer La prévenue avait décrit les vomissements, les spasmes, « une poupée inerte et inconsciente » pendant quelques instants… Mais, hier, la sexagénaire parle des pressions des enquêteurs. « On ne dit pas que vous êtes une mauvaise nounou avec les autres. Mais il faut avoir le courage de se regarder dans un miroir », pointe Me Antoine Fittante, avocat de la partie civile. Il rappelle les questionnements sur l’avenir, incertain selon les médecins jusqu’à la majorité de l’actuel petit garçon qui a dû apprendre à marcher avec un casque pour prévenir les chocs. Il réclame 45 000 € de dommages-intérêts. Le ministère public requiert dix-huit mois d’emprisonnement avec sursis et une interdiction définitive d’exercer la profession d’assistante maternelle. Métier que la prévenue ne pratique déjà plus. Le tribunal s’est laissé jusqu’au 17 janvier pour délibérer.
http://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-metz-ville/2016/12/07/bebe-secoue-pres-de-metz-une-nounou-a-la-barre
=====================

drame

Il abat son épouse malade pour "abréger ses souffrances"' Un homme de 90 ans a appelé les pompiers dans la nuit de mercredi à jeudi pour leur indiquer qu'il venait d'abattre son épouse avec un fusil de chasse. Le nonagénaire, qui vit à Boissy-le-Châtel, en Seine-et-Marne, explique que sa femme de 88 ans est malade d'Alzheimer et qu'elle lui a demandé «d'abréger ses souffrances», relatent nos confrères du Parisien. Il menace de se suicider En raccrochant, il dit qu'il va mettre fin à ses jours. Le temps que pompiers et policiers se rendent sur les lieux, le vieil homme a mis sa menace à exécution et fait feu. Mais il est toujours vivant à l'arrivée des secours. Blessé au visage, il a été hospitalisé mais ses jours ne sont pas en danger.
http://www.leprogres.fr/faits-divers/2016/12/08/il-abat-son-epouse-malade-pour-abreger-ses-souffrances
===============
(période critique septennale des 91 ans - rythmes courts à voir)

inventé

Monteux : elle avoue avoir inventé son viol La jeune femme affirmait avoir été violée aux abords du parc aquatique.  “Des yeux marron, la quarantaine, le teint mat et le type maghrébin, une barbe fournie et des cheveux mal peignés… “: telle est la description de l’individu que les policiers de Carpentras recherchaient activement après le 18 mars et l’agression violente d’une joggeuse. La jeune femme avait déclaré que les faits s’étaient déroulés, ce jour-là, dans la zone de Beaulieu, à Monteux. Elle précisait qu’elle était seule quand elle avait laissé son véhicule stationné sur le bord de la chaussée et commencé à courir le long des palissades du parc aquatique Splashworld. Dans sa déposition, elle explique qu’un individu surgi de nulle part s’est jeté sur elle et l’a violée après avoir lacéré ses sous-vêtements. Elle ajoute qu’elle a été frappée et qu’elle est tombée KO. Les policiers, d’après ses déclarations ont établi et diffusé un portrait-robot (notre édition du 5 avril). Un couple qui alterne séparations et retrouvailles Depuis plusieurs mois, déjà, les enquêteurs pensaient que quelque chose ne collait pas. Et notamment au niveau de l’endroit où se seraient déroulés les faits. Et puis les prélèvements sur les sous-vêtements ont permis de retrouver le seul ADN de son compagnon, âgé de 25 ans. C’est pour cela que ce dernier a été placé en garde à vue ce mardi dans les locaux du commissariat de police de Carpentras, soupçonné d’être l’auteur du viol, C’est alors que la jeune femme a avoué avoir tout inventé. Cette assistante vétérinaire, domiciliée à Jonquières, et âgée de 24 ans, n’explique pas vraiment pourquoi. Pour les enquêteurs, l’explication est peut-être à chercher dans l’histoire du couple qui alterne séparations et retrouvailles. Les policiers, quoi qu’il en soit, ont dépensé beaucoup de temps et d’énergie sur ce dossier. La jeune femme risque fort, en conséquence, de faire l’objet d’une procédure, de la part du Parquet de Carpentras, pour “dénonciation de crime imaginaire”.
http://www.ledauphine.com/faits-divers/2016/12/07/elle-avoue-avoir-invente-son-viol
============
la réponse au "pourquoi ?" se trouve probablement dans la situation des rythmes courts (jour critique émotionnel (moral) ou intellectuel (jour critique du cerveau)

bébé secoué

Cour d'assises de Pau : le drame d'un bébé secoué Le père est jugé jeudi et vendredi pour avoir secoué mortellement son enfant. Un homme de 31 ans est jugé jeudi et vendredi par la cour d'assises de Pau pour avoir causé la mort de son fils de deux mois et demi. Il ne supportait plus ses pleurs et il l'a secoué, ce qui a causé la mort de son enfant quelques jours plus tard. Le 30 octobre 2013, un bébé est mort aux urgences pédiatriques de l'hôpital de Pau. Un petit garçon de deux mois et demi. Le médecin a tout de suite fait un signalement au parquet pour qu'il engage une procédure de maltraitance. Cet enfant a tous les symptômes du syndrome du bébé secoué. Il n'a pas survécu au traumatisme intracrânien. Après une rapide enquête, le père, un militaire, a été placé en garde à vue et il va reconnaître qu'il a secoué son petit garçon, dans un moment de désarroi face aux pleurs de son enfant. Un instant de furie(...)Ce procès va donc consister à comprendre pourquoi ce jeune père (28 ans au moment des faits), équilibré, militaire, a cédé à ces quelques instants de furie.
Au moins 200 cas par an En France, 180 à 200 bébés de moins d'un an seraient victimes de secouements violents chaque année.(...) Le 24 septembre dernier, la cour d'assises de Pau a condamné un père de famille pour une affaire desimilaire à 6 mois de prison ferme.Le drame s’était déroulé à Siros, prés de Lescar.
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/cour-d-assises-de-pau-un-darme-de-bebe-secoue-1481014001
http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/2015/09/bebe-secoue.html
=========
(période critique septennale des 28 ans - rythmes courts à voir)
(les bébés ont tendance à être secoués leur jour critique physique (parce qu'ils peuvent beaucoup pleurer ce jour-là) et/ou en période ou jour critique du "secoueur" parce  que ce dernier peut "craquer" à ce moment-là et moins ou ne plus se maîtriser - le cas ici en pcs des 28 ans - rythmes courts à voir pour "l'instant de furie" - alors que le bébé de Siros p.ex. se trouvait dans son jour critique physique)

mercredi 7 décembre 2016

meurtre

Gironde Il assassine sa jeune compagne en l'écrasant avec sa voiture  Une jeune femme de 18 ans est décédée mercredi après-midi en Gironde après avoir été volontairement percutée par son compagnon. Il voulait faire croire à un accident Les faits se sont déroulés à Izon (Gironde), à une douzaine de kilomètres de Libourne, sur une route secondaire dans une zone résidentielle. La victime est décédée sur le coup, selon les secours. Le suspect, également âgé de 18 ans, a été appréhendé et placé en garde à vue, a précisé le procureur de Libourne, Christophe Auger. Le jeune homme aurait d’abord voulu faire passer son acte pour un accident, avant de reconnaître qu'il avait bien l'intention de tuer la jeune femme. "Une qualification criminelle de meurtre" "On s’oriente vers une qualification criminelle de meurtre", a précisé le magistrat. L'enquête a été confiée à la gendarmerie de Libourne.
http://www.leprogres.fr/faits-divers/2016/12/07/gironde-il-assassine-sa-jeune-compagne-en-l-ecrasant-avec-sa-voiture
=====================
(rythmes courts à voir)

suicide

Gières Un corps carbonisé dans une voiture : le suicide privilégié Les restes d’un corps humain ont été découverts ce mardi en milieu de journée dans une voiture carbonisée, dans le secteur des berges de l’Isère à Gières. Les enquêteurs de la police ont découvert à proximité du véhicule une lettre écrite par un homme de 76 ans qui expliquait qu’il s’apprêtait à mettre fin à ses jours. L’hypothèse du suicide est donc privilégiée.
http://www.ledauphine.com/isere-sud/2016/12/06/un-corps-carbonise-dans-une-voiture-le-suicide-privilegie
==================
(période critique septennale des 77 ans - rythmes courts à voir)

décès

La famille écologiste en deuil ce lundi soir: Jacky Morael est décédé L’ancien secrétaire fédéral d’Ecolo Jacky Morael est décédé vient d’annoncer le parti. Ecolo exprime son immense tristesse et son infinie gratitude à une personnalité hors-pair qui laisse un vide énorme dans le coeur des écologistes et une empreinte essentielle dans l'histoire politique belge de ces 30 dernières années. Jacky Morael avait 57 ans.  (...) Né à Herstal le 26 novembre 1959, (...)
http://www.sudinfo.be/1735563/article/2016-12-06/la-famille-ecologiste-est-en-deuil-ce-soir-jacky-morael-est-decede
=================
(période critique septennale des 56 ans, entrée dans un épisode triplement critique fort, à proximité de l'anniversaire)
6 décembre 2016 (26/11/1959)
Sa 3
Di 4
Lu 5
Ma 6
Me 7 I(9)
Je 8 P(18) E(1)
Ve 9 P(19)
Sa 10
Di 11
Lu 12
Ma 13

retrouvé mort

Un homme retrouvé mort dans un canal La victime de 34 ans aurait fait une chute à vélo.  Le corps d'un homme de 34 ans a été retrouvé dans l'eau glaciale du canal de la Marne-au-Rhin à Écrouves, près de Toul, en Meurthe-et-Moselle. Ce sont des promeneurs qui ont aperçu le corps, ce mercredi matin. Les plongeurs ont extrait le vélo du trentenaire et son cadavre de l'eau. L'homme de 34 ans vivait «de façon un peu marginale» dans un cabanon à Écrouves, précisent nos confrères de L'Est républicain. La thèse accidentelle semble privilégiée mais des examens doivent permettre de déterminer plus précisément les circonstances du décès.
http://www.bienpublic.com/faits-divers/2016/12/07/un-homme-retrouve-mort-dans-un-canal
===================
(période critique septennale des 35 ans - rythmes courts à voir)

drame

Zwei Tote bei Familiendrama im Wallis In einem Wohnhaus in Vex VS wurden gestern zwei Leichen gefunden. Ein Mann (†41) und eine Frau (†68) sind tot.  Eine 68-jährige Walliserin wurde gestern um 18.30 Uhr in ihrer Wohnung in Vex tot aufgefunden. Nach ersten Ermittlungen wurde sie mit einer Handfeuerwaffe erschossen, wie die Kantonspolizei Wallis schreibt. Der mutmassliche Täter, ein 41-jähriger Walliser, richtete sich anschliessend selber und wurde ebenfalls im Gebäude leblos aufgefunden. Die Staatsanwaltschaft des Kantons Wallis hat eine Untersuchung eingeleitet, um die Umstände des Tötungsdelikts abzuklären. Es könnte sich um eine familiäre Angelegenheit gehandelt haben. In welcher Beziehung Täter und Opfer standen, wollte die zuständige Staatsanwaltschaft auf Anfrage von BLICK nicht sagen. (sas)
http://www.blick.ch/news/schweiz/westschweiz/mann-41-toetet-frau-68-und-sich-selbst-zwei-tote-im-wallis-id5863639.html
=================
(un homme de 41 ans a tué par arme à feu une femme de 68 ans puis s'est suicidé)
 (période critique septennale des 42 ans - rythmes courts à voir)

retrouvé mort

Un ex-vainqueur du trophée Heisman retrouvé mort Rashaan Salaam, vainqueur du trophée Heisman en 1994, a été retrouvé mort dans un parc du Colorado, ont déclaré mardi les autorités. Le Bureau du coroner du comté de Boulder tente toujours d'identifier la cause du décès de l'homme qui était âgé de 42 ans. Le corps de l'ex-porteur de ballon a été retrouvé lundi soir, dans le parc Eben-G.-Fine de Boulder. Selon les policiers, il ne s'agirait pas d'un acte criminel. Salaam a mené l'Université du Colorado à l'une de ses meilleures saisons en 1994, alors que les Buffaloes ont terminé avec une fiche de 11-1 et ont battu l'Université Notre Dame au Fiesta Bowl en plus de terminer troisièmes au pays. Il avait connu une incroyable saison recrue avec les Bears de Chicago en 1995, amassant 1074 verges au sol en plus d'inscrire 10 touchés. Salaam n'en a marqué que trois au cours des deux campagnes suivantes et il a disputé son dernier match en 1999, avec les Browns de Cleveland.
http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1004302/un-ex-vainqueur-du-trophee-heisman-retrouve-mort
==============
Naissance : 8 octobre 1974, 
Date de décès : 5 décembre 2016
jour critique émotionnel E1 et période critique septennale des 42 ans... 

5 décembre 2016 (8/10/1974)
Je 1
Ve 2
Sa 3
Di 4 P(12)
Lu 5
Ma 6 E(1)
Me 7
Je 8

retrouvé mort

Un controversé pédiatre de l’hôpital Sainte-Justine a été retrouvé mort sur son lieu de travail mardi, quelques semaines après que l’administration eut pris une décision sur son cas. Le médecin a été retrouvé sans vie mardi matin dans l’hôpital. Le bureau du coroner confirme qu’il s’agit du Dr Alain Sirard, 58 ans. La police de Montréal traite l’affaire comme un suicide. En 2013, ce médecin avait fait l’objet de reportages dans lesquels plusieurs parents s'étaient plaints d'avoir été accusés à tort par le Dr Sirard de maltraitance. Certains parents avaient même temporairement perdu la garde de leur enfant. «On ne souhaite pas la mort de personne. Nous, on a été pris dans cette controverse-là», a réagi Geneviève Berthiaume, une des mères impliquées. Selon plusieurs médias, le conseil d’administration de l’hôpital Sainte-Justine avait statué à huis clos sur son dossier disciplinaire cet automne, sans préciser si une sanction lui a été imposée. De son côté, le Collège des médecins indique qu’il n’avait toujours pas terminé son enquête sur le Dr Sirard. – Avec l’Agence Q
http://www.journaldequebec.com/2016/12/06/hopital-sainte-justine-le-pediatre-alain-sirard-retrouve-mort
===================

mardi 6 décembre 2016

suicide

« On l'a aidé à se suicider » : un homme dénonce les soins psychiatriques au N.-B.Un Néo-Brunswickois dénonce les soins offerts en santé mentale dans la province et accuse le système de santé d'être en partie responsable du suicide de son frère. Dans une lettre adressée au Bureau de l’Ombudsman du Nouveau-Brunswick, Réjean Hébert raconte les événements qui ont mené à la mort de son frère Michel, survenue le 30 novembre. Il reproche aux professionnels de la santé et à l’unité de soins psychiatriques de l'Hôpital régional Chaleur de Bathurst, d’avoir failli à leur devoir en ne sachant pas protéger son frère, alors qu’il avait des pensées suicidaires. « Le système de santé l’a aidé à mettre fin à ses souffrances intérieures. On l’a aidé à se suicider! Au-delà de la drogue prescrite sans limites par les psychiatres, il ne semble rien avoir d’autre », écrit Réjean Hébert dans sa lettre. Deux tentatives de suicide le même jour Michel Hébert souffrait de dépression, selon son frère. Le 15 novembre, il a tenté une première fois de mettre fin à ses jours. La GRC est intervenue chez lui et on l’a transporté à l’hôpital l'hôpital l'Enfant-Jésus à Caraquet. Il était dans le coma. « Quelques heures après son admission, on lui donne son congé. Croyez-le ou non, c’est bien le cas après une tentative sérieuse de suicide », explique Réjean Hébert. Le frère en deuil raconte qu’à peine sorti de l’hôpital, Michel Hébert s’est enfui dans un boisé avec son camion et a fait une deuxième tentative de suicide. C’est un appel de sa fille qui a permis à la GRC de retrouver l’homme, à l’aide d’un GPS, et de lui sauver la vie pour une deuxième fois en quelques heures. « On se dit qu’il est entre de bonnes mains » Le lendemain, le 16 novembre, Michel Hébert est admis à l’unité de soins psychiatrique à Bathurst. Réjean Hébert affirme alors être soulagé puisqu'il croit son frère entre bonnes mains. Un médecin permet à Michel Hébert de sortir en ville pendant une demi-heure chaque jour. Après une dizaine de jours, il obtient l’autorisation de sortir pendant une fin de semaine. À son retour à l’hôpital, ses valises ne sont pas fouillées, selon son frère. « Les responsables de cette unité ont manqué à leur tâche », dit Réjean Hébert. Trois jours après son retour à l’hôpital, Michel fait une troisième tentative de suicide lors d'une de ses sorties. Celle-ci sera fatale.(...)
http://www.sympatico.ca/actualites/nouvelles/grands-titres/on-l-a-aide-a-se-suicider-un-homme-denonce-les-soins-psychiatriques-au-n-b-1.2251189
===============
(Né le 10 novembre 1964)
le rôle joué par le jour critique émotionnel - fréquemment jour de suicide (1) - apparaît ici aussi lorsque l'on regarde les situations lors des tentatives et du suicide : 
(nous sommes aussi à proximité de l'anniversaire) (cycles longs neutres sauf année P7 et éventuels liens à voir avec la période critique septennale des 49 ans passée)

15 et 30 novembre 2016 (10/11/1964)
Je 10
Ve 11
Sa 12
Di 13
Lu 14
Ma 15 P(1) E(15)
Me 16
Je 17 I(26)
Ve 18
Sa 19
Di 20
Lu 21 P(7)
Ma 22 E(22)
Me 23
Je 24
Ve 25 I(1)
Sa 26 P(12)
Di 27
Lu 28
Ma 29 E(1)
Me 30


 (1) les suicides (et tentatives) ont tendance à intervenir notre "jour critique émotionnel" c'est à dire le jour de la semaine où nous sommes nés ou le jour à côté de ce jour. (ici né mardi = tentatives de suicide mardi et suicide mercredi)



surdose

Marek Svatos est décédé d'une surdose Lone Tree, Colo. — Les autorités ont déclaré que l’ex-joueur de l’Avalanche du Colorado Marek Svatos est décédé d’une surdose. Selon un rapport d’autopsie diffusé lundi, l’homme de 34 ans avait de nombreuses substances dans son organisme au moment de sa mort le 5 novembre, dont des médicaments pour le traitement de l’anxiété et de la douleur. Tout un attirail d’injection a également été retrouvé à proximité de son corps, dans sa résidence de Lone Tree, en banlieue de Denver. Le bureau du coroner du comté de Douglas a conclu qu’il était décédé d’une «intoxication médicamenteuse combinée», mais les autorités n’ont pu déterminer s’il s’agissait d’une mort accidentelle ou non. Le rapport a fait remarquer que Svatos avait des antécédents en matière de consommation d’héroïne, qu’il avait des pensées suicidaires et qu’il avait récemment été exposé à des «facteurs de stress» ainsi qu’à des ennuis juridiques. Le joueur originaire de Kosice, en Slovaquie, a joué pour l’Avalanche de 2004 à 2010. Il a aussi brièvement porté les uniformes des Predators de Nashville et des Sénateurs d’Ottawa.
http://journalmetro.com/sports/1060405/marek-svatos-est-decede-dune-surdose/
==========
Naissance : 17 juin 1982, 
Décès : 5 novembre 2016,(période critique septennale des 35 ans - jour neutre)

novembre 2016 (17/06/1982)
Ma 1 I(17)
Me 2
Je 3 P(1) E(15)
Ve 4
Sa 5
Di 6
Lu 7

accident

Un homme de 28 ans décède après un accident de chasse Un commerçant tulliste âgé de 28 ans est décédé des suites de ses blessures après un accident de chasse survenu dimanche après-midi, à Saint-Martin-la-Méanne. « Toute la commune est sous le coup. C’est la stupeur… » Lundi, le maire de Saint-Martin faisait part d’un sentiment de profonde tristesse suite aux événements survenus la veille, en milieu d’après-midi. Alors qu’il participait à une partie de chasse Kevin Pereire était grièvement touché par un projectile vers 16 h 30. Sitôt prévenus, les secours engageaient d’importants moyens en direction de la zone boisée où se trouvait la victime, un endroit difficile d’accès. Grâce, notamment, à l’intervention des pompiers du groupe de reconnaissance d’intervention en milieu périlleux (GRIMP), le jeune homme a d’abord été transporté jusqu’au stade municipal, où il a été médicalisé par une équipe du Smur. Au vu de son état, jugé très préoccupant, il a été évacué dans la foulée vers le CHU de Clermont-Ferrand par l’hélicoptère de la sécurité civile. Malheureusement, il est décédé des suites de ses blessures quelques heures plus tard. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie pour établir les circonstances exactes dans lesquelles l’accident est survenu. Après avoir travaillé dans plusieurs établissements de Tulle, Kevin Pereire avait ouvert en 2014 sa propre pizzeria, « K.Pizz », dans le quartier de la gare.
http://www.lepopulaire.fr/saint-martin-la-meanne/faits-divers/accident/2016/12/06/un-homme-de-28-nbsp-ans-decede-apres-un-accident-de-chasse_12196486.html
=========================

bébé secoué

Un père veut éviter un procès 25 ans après la mort de son bébé Un père accusé d’avoir tué son bébé de 5 mois en le secouant il y a 25 ans fait tout pour éviter de subir son procès puisque plusieurs éléments de preuve ont, depuis, été détruits. Le quart de siècle qui s’est écoulé depuis le décès de sa fille l’empêche d’obtenir une défense pleine et entière, allègue Gabriel Palumbi, accusé d’homicide involontaire. La semaine dernière, une requête a été débattue en Cour du Québec afin de faire avorter le procès de l’homme, prévu en mars prochain à Salaberry-de-Valleyfield. Le 22 octobre 1991, vers 23 h, Palumbi a appelé les services d’urgence: sa petite Sarah, âgée d’à peine 5 mois, ne respirait plus. Il aurait tenté des manœuvres jusqu’à l’arrivée des ambulanciers. Le bébé est mort à l’hôpital 13 heures plus tard. À l’époque, une enquête criminelle avait été ouverte et les policiers avaient rencontré les parents, sans qu’aucune accusation soit déposée. C’est grâce à des avancées scientifiques, 18 ans plus tard, que les enquêteurs ont pu relancer ce dossier. Palumbi a été accusé le 20 novembre 2009. Seul avec l’enfant Dans les heures qui ont précédé le drame, le père aurait été le seul adulte en présence de l’enfant. La mère, avec qui l’accusé est toujours en couple aujourd’hui, aurait quitté le domicile vers 15 h pour se rendre au travail. La petite semblait alors «amorphe», «irritée» et «malade». Elle avait peu mangé, peu bu. Une fois couchée, elle aurait régurgité à plusieurs reprises. «La troisième fois, vers 22 h, elle a fait un son comme si elle voulait pleurer. Je l’ai prise et, en voulant tenir son corps sur mon bras, elle est devenue molle», a témoigné la semaine dernière Gabriel Palumbi. La Couronne l’accuse d’avoir secoué l’enfant dans un geste d’énervement. (...)
http://www.journaldemontreal.com/2016/12/05/un-pere-veut-eviter-un-proces-25-ans-apres-la-mort-de-son-bebe
====================
sous réserve de donnée juste, celle que j'ai trouvée indique une situation qui ne va pas du tout en faveur de l'accusé, (1) puisque le 22 octobre 1991 est un épisode triple critique fort et possible  "jour de colère" puisque épisode critique physique P18/P19 (équivalent d'un jour critique émotionnel), jour critique émotionnel E15 (surtout) et critique intellectuel i26...

22 octobre 1991 (25/02/1969)
Je 17
Ve 18
Sa 19
Di 20
Lu 21
Ma 22 P(18) E(15)
Me 23 P(19) I(26)
Je 24
Ve 25
Sa 26
Di 27


(1) les bébés ont tendance à être secoués leur jour critique physique (parce qu'ils peuvent beaucoup pleurer ce jour-là)  (ici je n'ai pas trouvé la date de naissance du bébé pour vérifier sa situation)
ainsi qu'en période ou jour critique du "secoueur" parce  que ce dernier peut "craquer" à ce moment-là et moins ou ne plus se maîtriser.

suicide

Paris: un militaire de l'opération Sentinelle retrouvé mort au Val de Grâce Un militaire, qui était hébergé au Val-de-Grâce dans le cadre de l’opération de sécurisation antiterroriste "Sentinelle", a été retrouvé mort lundi après-midi dans les sous-sols de l'hôpital, selon Le Parisien. Sans doute un nouveau suicide Le soldat avait disparu un peu plus tôt avec son arme de service, un fusil de type Famas. Il s'agirait d'un suicide, selon les premiers éléments de l’enquête. En juin 2016, un militaire de la même opération Sentinelle s'était suicidé dans le sous-sol des Galeries Lafayette, en plein Paris, en se tirant une balle dans la tête avec son arme de service.
http://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/12/05/paris-un-militaire-de-l-operation-sentinelle-retrouve-mort-au-val-de-grace
===============
(âge non précisé - en juin dernier l'homme cité était âgé de 26 ans - rythmes courts à voir)

drames

Roscoff :  Le corps du patron pêcheur du Miren, palangrier basé à Lorient, a été retrouvé dimanche dans le port de Roscoff par des membres d’un équipage voisin comme le relate le site du Télégramme. Les sapeurs-pompiers de Morlaix et de Saint-Pol-de-Léon qui se sont rendus sur place n'ont pu que constater le décès. Âgée de 57 ans, la victime était originaire des Côtes d’Armor. (...)La thèse de l'accident est pour l'heure privilégiée par les enquêteurs. (...) Le vendredi 2 décembre, une femme, qui s'était rendue dans le port de Roscoff pour entretenir son bateau, a également été retrouvée morte par les sapeurs-pompiers plongeurs.  
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/finistere/roscoff-patron-peche-retrouve-mort-port-1147833.html
=================

Roscoff. Une femme de 48 ans retrouvée morte dans le port  C'est son mari qui a donné l'alerte, vendredi soir, ne la voyant pas revenir. Vendredi, vers 20 h 45, un homme appelle les secours, inquiet de ne pas voir revenir son épouse, partie dans l'après-midi nettoyer leur bateau au port de Bloscon, à Roscoff (Finistère). Outre les gendarmes, trois équipes de pompiers sont dépêchées, deux sur l'eau, la dernière en plongée. L'hélicoptère Dragon 29 survole aussi la zone. Un peu après minuit, le corps de la femme de 48 ans a été retrouvé dans l'eau.
http://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/roscoff-une-femme-de-48-ans-retrouvee-morte-dans-le-port-4654583
=================
(deux personnes en période critique septennale des 56 et 49 ans - rythmes courts à voir)

drame

Un homme tue sa compagne et se rend aux gendarmes Un drame familial s’est joué dans le huis clos d’une maison de Pibrac, à l’ouest de Toulouse vendredi soir en début de soirée. Vers 20 h 30, les gendarmes de Léguevin ont eu la surprise de trouver devant leur brigade un homme qui venait s’accuser du meurtre de sa compagne. Une patrouille est tout de suite partie vers Pibrac, route de Mondonville et a en effet découvert le corps sans vie d’une femme dans la maison occupée par ce couple. Les secours n’ont même pas été prévenus, la victime était déjà morte. Selon les premières constatations, cette femme de 58 ans, originaire de Colomiers, a été atteinte d’une décharge de plombs tirés par un fusil de chasse. Le tireur ne lui aurait laissé aucune chance. Elle aurait été abattue peu avant 20 heures. Le parquet a rapidement saisi la brigade des recherches de la compagnie de Toulouse-Mirail pour mener l’enquête. Un différend sur «des projets de couple…» Un légiste s'est déplacé sur place, en présence du procureur de permanences. Des techniciens en investigations criminelles ont réalisé de nombreuses constatations sur les lieux du drame pour réunir un maximum d'éléments techniques et scientifiques. En parallèle, le suspect, Antoine Lheritier, 63 ans, a été placé en garde à vue. Garde à vue décalée en raison de l'alcoolisation de cet homme, un ancien marbrier aujourd'hui à la retraite. Entendu par les enquêteurs, cet homme n'a pas fourni d'explications très claires sur le pourquoi de son passage à l'acte. «Le drame intervient dans un contexte familial mais l'instruction devra déterminer pourquoi cela a basculé», a expliqué hier soir le parquet. A priori, même si les investigations désormais menées sous commission rogatoire devront l'établir, le couple qui n'était pas marié ne se trouvait pas en situation de rupture. «Il y aurait eu des divergences dans les projets de vie à court et moyen terme», avance une source proche du dossier volontairement très prudente. Le suspect, qui a reconnu lors de sa garde à vue avoir tiré sur sa compagne, aveux renouvelés dimanche après-midi devant le juge d'instruction n'a pas été, semble-t-il, capable de formuler de manière claire l'explication de son geste.(...)
http://www.ladepeche.fr/article/2016/12/05/2472564-un-homme-tue-sa-compagne-et-se-rend-aux-gendarmes.html
==================
(période critique septennale des 63 ans - rythmes courts à voir)